top of page

Dialogue entre une femme et l'alopécie qui la surprend !

Dernière mise à jour : 13 avr. 2023


Une femme se lève un matin et constate que l 'alopécie se propage. Alors elle lui demande de repartir, elle ne savais pas que ses gestes quotidiens invitaient l'alopécie à venir s'installer.


Elle ne s'installe pas tout d'un coup, elle déménage petit à petit et un jour tu la découvres
Installation de l'alopécie

La femme

- Alopécie, que fais tu ici, que puis-je faire pour toi ?


L'alopécie

- C'est toi qui m'a dis de venir. As-tu déjà oublié ?


La femme

-Qui t'a sommé de venir ici ? Moi ? Ah non, je ne t'ai jamais appelé ! Tu dois partir. Je ne t'ai pas conviée, tu peux repartir.

L'alopécie

- Je ne saisis pas tes dires, tu m'as glorifié, supplié de venir. Je suis ici aujourd’hui pour m'y établir. Ton anatomie t'a aussi prévenue par les tiraillements les supplices de ton cuir chevelu irrité, tu m'as quand même supplié de venir !


La femme

- En quoi je t'ai supplié de venir ? J'ignore même ou tu vit et quels sont tes envies. Jamais je ne t'ai dit de venir ! Je ne t'ai pas invitée et tu surgis dans ma vie comme un fruit rouge en hiver ! A mon avis, tu délires, tu divague aussi je j'en suis si sûre, non, je ne t'ai pas invitée retourne à ton domicile.

L'alopécie

- J'étais tranquille moi ! Aucune envie de cette vie qui consiste à dégarnir ta crinière ! De plus c'est une tâche difficile à accomplir que prierais même pour en finir !


Chaque fois que tu as tiré tes cheveux en chignons parfais sans les moindre baby hair hors chignon, tu m'a invité. Chaque fois que tes tresses étaient serrées et tiraient tu m'invitais . Chaque fois que tu as sollicité tes cheveux avec des tresses beaucoup trop fines, même et que le moindre poil était tiré, tu m'as invité. Si tes rajouts ont toujours été difficiles et pénibles à porter - car trop lourds- en continuant de le faire tu me suppliais de venir. Enfin chaque fois que tu as voulu que tes cheveux soient lissés à chaud ou à froid, tu les obligeais à prendre une apparence et une nature autre que son état originel, tu m'as supplié de venir, presque à l'infini !


Sans le savoir tu m'invites, je suis venue vivre avec toi ici.

Mes valises mes colis sont prêts pour ma vie ici, tu as construits un abri et veille à ma survie. Maintenant que je suis là je vais m'y fortifier remplir la mission que tu m'as confiés c'est à dire dégarnir tes temps, cheveux après cheveux, poils après poils.


La femme

- Non alopécie, tu ne peux t'investir ici, je tiens encore à briller, à rester jolie, alors vas-t'en, si tu décides de rester je serai malheureuse, je serai obligée de dissimuler mes cheveux tout le temps, je serai condamnée à jamais ! C'est fini, j'ai compris, alors je te prie de partir. Quoi que j'ai pu faire, qui puisse te faire croire que j'avais envie de tes services, oublie, et là je te supplie. pitié alopécie, maintenant je te supplie.


Comme tu peux le voir dans ce texte, c'est nous qui appelons l'alopécie. Tu peux décider autrement et bien soigner tes cheveux, ceux de tes enfants. Choisir à qui tu confie tes cheveux, vos cheveux ! Arrêtons de maltraiter nos cheveux. Nos gestes aussi anodins soient ils, peuvent soit embellir nos cheveux, soit les détruire. En maltraitant nos cheveux nous invitons inconsciemment notre pire ennemie l'Alopécie !


Alors il est temps de faire, ou de ne plus faire !


As-tu aimé ? Alors partage !

bottom of page