top of page

Souffrir pour être belle ! Épisode 3


Te souviens-tu de l'histoire d'*Amina ? Je l'ai raconté en épisode pour ne pas te faire décrocher d'un journal beaucoup trop long. Si ça ne te parle pas, c'est que tu as loupé le début. Je te laisse donc prendre connaissance de l'histoire émouvante vécue dans un salon de coiffure situé en Région parisienne. Tu peux lire l'épisode 1 et l'épisode 2, puis revenir continuer ta lecture.


Comment se déroulent les tresses ?

Quatre heures s'étaient écoulés depuis l'arrivée d'Amina dans le salon. Les tresses ont bien démarré et ont vite avancé car une coiffeuse autre que celle qui avait assuré le séchage était venu m'aider à terminer les bouts. Comme tu le sais, des knotless Braid fines, tressés jusqu'au bas du dos sont longues à faire, ça prend du temps. Mais en 4h, nous avions bien avancé.


Amina avait l'air satisfaite de ses tresses, sa mine s'était un peu plus détendue. Nous avons passé plusieurs heures ensemble, avons pu échanger avec discrétion, pour ne pas attirer les regards de coiffeuses et clientes. On se regardait de temps en temps, on souriait. Je lui demandais si ça allait, si elle avait besoin de quelque chose etc. Tout s'est passé comme à chaque fois que j'ai eu à faire des tresses.


Faire des tresses est un travail d'écoutes, d'échanges, de patience et de respect. Patience ? Je pense que dans ce salon on ne sait pas ce que cela veut dire. J'airai peut être l'occasion de vous raconter une scène que j'ai vécu sur la patience.


D’ailleurs, je fais une parenthèse : j'ai appris que lorsque l'on coiffe, coiffeuse et client échangent leurs énergies. Alors sachez à qui confier votre chevelure, sachez avec quel type de personne vous voudrez échanger pour quelques heures vos énergies.

Une coiffeuse avec bonne humeur, qui te met à l'aise qui comprend tes souhaits peut transmettre de bonne vibrations à la personne dont elle s'occupe et inversement, la cliente aussi peut transmettre une énergie. Et si en discutant l'une des parties parle de ses problèmes personnels - et Dieu sais que les gens ont parfois des histoires difficiles à entendre - , cela peut affecter l'autre partie.

C'est ce qui explique parfois qu'après une coiffure on se sente épuisé, comme vidé de son énergie justement même la personne recevant la prestation peut se sentir affaiblie. Car clientes comme coiffeuses, peuvent porter sur leurs épaule des parcours de vies racontées qui peuvent tourmenter. Bon ici les clients sont comme MUETS. Et ça c'est une autre histoire que je raconterai peut être une prochaine fois .


Finition des knotless braid


Revenons donc à Amina, qui, pendant que je terminait les derniers knotless continuait à me poser des questions sur les détails des ateliers. Moi je restais assez discrète, nos conversations ne pouvaient pas s'entendre par les personnes les plus proche de nous.

Alors la coiffeuse brute, qui avait séché les cheveux à l'arrivée d'Amina, nous voyant parler et sourire sans entendre le son de nos voix, est venu vers moi et m'a dit à haute voix, "ici on ne discute pas avec les clientes hein". Alors je me suis tue, nouvelle complicité avec Amina avec échange de regard et de sourire. Pas le droit de parler. OK !


Au moment de la finition, comme d'habitude on trempe les mèches dans de l'eau bouillante pour les boucler ou les lisser. Amina les voulais lisses. J'ai eu l'habitude de cette pratique. Et là c'est pareil, la coiffeuse observait mes gestes pour voir comment j'allais m'y prendre. J'avais préparé serviette et récipient d'eau. D'un coup Elle me dit de son poste comment faire, toujours à haute voix. Je lui dit que je savais le faire, mais elle est venue tout de même récupérer le travail de finition, alors qu'elle avait une cliente dont elle s'occupait. Elle me dit : "je vais t'aider", comme si je lui avait demandé de l'aide, comme si j'étais en difficulté. Incroyable !

En plus elle quitte son poste sans prévenir sa cliente, elle récupère mon travail sans prévenir ma mienne ! Sur le coup je me suis dit : "c'est vraiment un bourbier dans lequel je suis entrée. Je l'ai laissé faire. Professionnalisme, zéro ! J'ai vu le visage d'Amina changer à nouveau, comme pour dire "qu'est ce qu'elle veut encore ?"

Le trempage terminé, la coiffeuse me laisse essorer et va s'occuper de sa cliente.


Les knotless Braid étaient faits, jolis, conformes en tout cas à ce qu'attendait Amina.. Souriante elle m'a dit : "c'est très joli, j'aime beaucoup !" Elle m'a remercié.

Lorsque la coiffeuse est reparti, j'ai demandé à Amina si elle reviendrait se faire coiffer dans ce salon. Hésitante et à voix basse, elle avait répondu : "après cette expérience, même si c'est joli, pfff ..." Javais compris que "NON."Et ça, ça veut tout dire !


Puis elle m'a demandé mon contact, toujours hésitante. Discrètement je lui ai glissé ma carte de visite, car il serait dommage de laisser une cliente, repartir en sachant qu'elle ne reviendrai plus au salon, qu'elle avait apprécié mon travail, ma compassion, ma compagnie, mon écoute, mon savoir faire, bref, mon PROFESSIONNALISME. En suite elle est partie régler la prestation.


A la place d'Amina aurais-tu demandé le contact de la coiffeuse qui a su répondre à tes demandes, ou aurais-tu simplement coupé avec le salon et toute personne en lien de près ou de loin avec ce salon ?

Que penses-tu de mon attitude ? Ai-je bien fait de lui donner mon contact ?

Penses-tu qu'Amina me rappellera ?


Pour le moment je vais te laisser en espérant que tu a apprécié la lecture de ce 3e épisode de "Souffrir pour être belle". N'hésites pas à laisser un commentaire, à partager une expérience, ou tout simplement à partager l'article.


En attendant, prends soin de toi et de ta chevelure avec amour et bienveillance. Ne laisse personne te les maltraiter, refuse "de souffrir pour être belle" et repars, cela obligera les salons à s'adapter, car les femmes viennent se faire chouchouter et non se faire maltraiter les cheveux.


A la semaine prochaine pour le 4e et dernier épisode de l'histoire d'Amina.


*PS:le prénom de la cliente a été modifié pour garder l’anonymat de celle-ci.



コメント


bottom of page